Manifeste de la FNTR pour une Europe du Transport forte, juste et durable

16/05/2019

Une nouvelle mandature s’ouvre et avec elle c’est une nouvelle page de l’Europe qui s’écrit. Plus de soixante ans après la signature du Traité de Rome, le scepticisme s’est installé chez certains de nos concitoyens qui doutent de la capacité des institutions européennes à répondre à leurs attentes et aux défis actuels. Un danger ? Le repli sur soi. Entre le Brexit, la montée des nationalismes, les crispations identitaires, les peurs de l’avenir, le rêve européen semble se déliter un peu plus chaque jour.

Pourtant, l’Union Européenne c’est aussi la paix entre les nations, la démocratie, l’innovation, la libre circulation des biens et des personnes et un formidable espoir pour les peuples.

Les transports, qu’ils soient de personnes ou de marchandises, sont au cœur de l’intégration européenne et reflètent en grande partie les problématiques de cette construction. Tous les jours, les transporteurs routiers français vivent cette Union sans frontières géographiques ni économiques mais où beaucoup de disparités demeurent entre les États. Et tous les jours, ils se confrontent à des difficultés qui restent trop souvent sans réponse : manque d’harmonisation des règles, concurrence déséquilibrée, intérêts divergents entre les nations, etc. Nous souhaitons que chaque entreprise trouve sa place de façon juste et durable, quelle que soit sa localisation géographique sur le territoire européen.

C’est pourquoi nous avons donné la parole à nos professionnels : quelle est leur réalité aujourd’hui ? Quelles sont leurs difficultés, leurs atouts ? Qu’attendent-ils de l’Europe ? Comment défendre leur métier dans une Europe plurielle ?

En 20 ans, les transporteurs français ont perdu 80 % de leur part de marché à l’international alors même que la France connaît l’un des taux les plus forts de cabotage étranger sur son territoire.

La convergence économique et sociale est aujourd’hui nécessaire au-delà de la seule harmonisation technique et de l’ouverture des marchés.

Et c’est le rôle de la FNTR, aux côtés de ses partenaires et homologues européens, de porter la voix de cette exigence. Une convergence qui, il faut le souligner, a déjà commencé et fait de notre secteur un laboratoire de ce que pourrait être une Union européenne construite en synergie.

Haut de page