Le cartouche martelé

2min -
Le cartouche martelé

Voyons voir : un avion, un TGV, un TER, un bus, une péniche, un vélo, un skateboard... « Le camion est peut-être au dos de la carte ? » s’interrogent certains.

Mais non, vous pouvez regarder la carte de vœux du Ministère des Transports sous tous les angles, il n’y a aucune photo de camion, alors que le mode routier représente 90% du transport des marchandises en France.

On peut se demander à quoi pensent les communicants. A moins que ce ne soit plus qu’un oubli mais une volonté délibérée. A défaut d’éradiquer les camions sur les routes, on les fait disparaitre de la photo. Cela ne pourrait être qu’une anecdote.

Dans l’Egypte antique, quand un pharaon voulait faire disparaitre de la mémoire collective le souvenir de son prédécesseur, il faisait marteler sur tous les monuments de pierre, son cartouche, la représentation de son nom. Cet acte hautement symbolique, et dans l’esprit de son commanditaire, quasiment magique, visait aussi à l’effacer de l’histoire et à le priver de toute vie dans l’au-delà.

Nous sommes loin du temps des pyramides et des obélisques. Néanmoins, voir le Ministère de tutelle prendre ainsi position et affirmer, par de simples visuels, que le transport routier de marchandises n’est ni dans ses priorités, ni même dans son champ d’intervention, est assez navrant (pour rester « soft »).

Où sont-ils les « soldats de la deuxième ligne » ? Où est la reconnaissance d’un secteur qui l’année précédente a maintenu « quoi qu’il en coûte » la continuité économique et sociale de notre pays en pleine crise sanitaire ?

Le poids de l’absence des mots, le choc de la non-photo envoient en réalité un message très clair. Dommage que vous soyez si indispensables, Mesdames et Messieurs du transport routier, mais on ne veut pas de vous. Hors de question pour nous de s’afficher avec vous.

D’ailleurs, les actes sont aussi parlants que le silence : dans les fuites organisées autour du projet de loi transposant les mesures de la convention citoyenne pour le climat, on retrouve la programmation de la suppression progressive de la « ristourne gazole » à échéance de 2030. Mais pire, on y découvre la possibilité d’instaurer des écotaxes régionales.

Or, la convention citoyenne n’a jamais prévu cela ! Cette mirifique idée (si novatrice, n’est-ce pas ?) est issue directement du Gouvernement lui-même.

L’ironie du sort témoigne qu’on a eu beau marteler les cartouches, on n’a jamais pu vraiment effacer qui que ce soit de l’histoire. Et même si nous ne sommes pas sur la photo, nous sommes présents tous les jours sur les routes à rendre ce service incontournable et indispensable à la société. Et nous saurons le rappeler en temps voulu.

Bonne année quand même….

Florence Berthelot

Dernières actus

Haut de page