Vous êtes ici

Technique

Les entreprises de transport routier sont confrontées à des interdictions de circulation qui leur sont propres. Elles utilisent également des technologies qui leur sont spécifiques.

La circulation des poids lourds

Les interdictions de circulation

La circulation des poids lourds, en France, est réglementée. Les interdictions de circulation des véhicules de transport de marchandises sont définies par l’arrêté du 11 juillet 2011.

Cette réglementation comprend :

  • une interdiction générale de circuler, pour les poids lourds, sur l’ensemble du réseau routier :
    • du samedi, 22h, au dimanche 22h
    • les veilles de jours fériés, de 22h à 22h le lendemain
  • des interdictions complémentaires :
    • en période hivernale, sur une partie du réseau Rhône-Alpes (5 samedis de 7h à 18h)
    • en période estivale, sur tout le réseau (5 samedis de 7h à 19h, puis à partir de minuit)


Ces interdictions complémentaires sont précisées chaque année par un arrêté qui fixe les dates d'interdictions de la circulation pour la période estivale ainsi que les sections concernées du réseau Rhône-Alpes pour la période hivernale.

Il existe cependant des dérogations permanentes pour le transport de certains produits.

Les restrictions de circulation pour le transport routier de marchandises pour l’année en cours sont consultables sur une page dédiée du site Bison Futé

Les limitations de vitesse

La vitesse des poids lourds est limitée sur route à 80 km/h et sur autoroutes à  90km/h,  respectivement à 70 et 80km/h pour les véhicules transportant des matières dangereuses.

Les poids et dimensions des véhicules

En France, le poids total roulant autorisé (PTRA) des véhicules a été porté à  44 tonnes au 1er janvier 2013. La limite de la charge à l'essieu a été elle portée au même moment à 12 tonnes par essieu.

La hauteur maximale du poids lourd et de son chargement est déterminée par la hauteur des différents ouvrages d’art (pont et tunnel).

Le contrôle technique

Depuis 2005, les contrôles techniques des poids lourds sont assurés par des centres de visites privés. Les pouvoirs publics conservent cependant un rôle fort d’encadrement technique : agrément, par les préfets, des contrôleurs et des centres, comme des installations auxiliaires, sur la base de cahiers des charges stricts ; contrôles réguliers par les DRIRE.

L’UTAC (union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle) met en ligne sur son site l’ensemble du cadre réglementaire et des données relatives au contrôle technique des poids lourds

Jusqu’en 2005, le contrôle technique des poids lourds relevait des DRIRE - Directions Régionales de l'Industrie de la Recherche et de l'Environnement. A partir de l’automne 2005, il a été confié à des centres de visites techniques privés, ce qui était déjà le cas pour les véhicules légers depuis 1992 !

Le chronotachygraphe

Depuis le 1er mai 2006, tous les véhicules de transport routier de marchandises de plus de 3,5 tonnes, mis nouvellement en circulation, doivent être munis d’un chronotachygraphe digital, conforme à la réglementation européenne (annexe 1 B aux règlements européens 3821/85 et 2135/98).
Le chronotachygraphe est la boîte noire du poids lourd. Installée dans la cabine du conducteur, cet appareil enregistre toutes les données de la conduite : vitesse du véhicule, durée des temps de conduite et de travail, pause du conducteur. Il existe depuis les années 1920, il est aujourd’hui numérique.

Le chronotachygraphe est utilisable à l’aide de cartes à puce, pour les conducteurs (enregistrement de leurs données de conduite), pour les entreprises (extraction des données d’utilisation du véhicule par les conducteurs successifs) pour les contrôleurs (accès aux données stockées dans la mémoire) et pour les ateliers agréés (étalonnage et vérification du fonctionnement du chronotachygraphe digital).

Pour satisfaire aux obligations de déchargement périodique des données numériques et de leur stockage sécurisé, les entreprises ont recours à des systèmes de téléchargement et d’intégration des données sociales.