Vous êtes ici

Lobbying européen

Rémy Mayet (DG MOVE) était l’invité, le 19 septembre, du groupe de lobbyistes routiers MPE (mobilité prospérité Europe), dont la FNTR fait partie. Le sujet de discussion: la consultation de la commission européenne sur une éventuelle Eurovignette IV.

Les utilisateurs sont les payeurs

Le Chef d’unité adjoint des Transports terrestres a expliqué la démarche de la Commission européenne. Elle part d’un constat : la capacité des Etats membres à financer ses réseaux d’infrastructure marque actuellement un déclin historique. L’objectif désormais est d’étendre les sources de financement. En plus des impôts nationaux, du budget européen, les utilisateurs des infrastructures doivent davantage contribuer ! Avec le projet d’Eurovignette IV, ce sont donc maintenant les véhicules privés qui sont ciblés.

Interopérabilité et affectation des recettes

La consultation reposent d’une part sur la question de l’interopérabilité des différents systèmes de charges d’infrastructure et d’autre part sur celle de l’affectation des recettes.

La commission européenne est bien consciente des difficultés imposées aux transporteurs routiers internationaux quand ils doivent faire face à la prolifération de charges routières. Elle fait pression actuellement sur les différents services de péage en Europe pour arriver à une interopérabilité.

Concernant l’affectation des recettes, l’objectif reste toujours d'affecter les recettes au transport en général et c’est certainement sur ce point que les organisations professionnelles européennes du transport routier devraient avoir des exigences fortes en forgeant des alliances. L’IRU a ainsi tout son rôle à jouer à Bruxelles.

Calendrier

A suivre, dès la fin de la consultation (deadline le 2 novembre), une évaluation des réponses par les services de la commission européenne. Puis le 18 décembre se tiendra à Bruxelles une grande conférence qui présentera aux parties prenantes les conclusions du questionnaire et poursuivra le débat.