Vous êtes ici

Propositions de la FNTR pour une logistique urbaine

Retour

Logistique urbaine et transport routier de marchandises : de quoi parle-t-on ?

Logistique plus urbaine et TRM : de quoi parle-t-on ?

La logistique urbaine s’inscrit dans une chaîne transport et logistique complète et complexe. 

Cette partie de la chaine logistique avale ne peut être décorrelée de l’ensemble de la chaine logistique amont. Mais s’il y a un dernier kilomètre, il y en a tant d’autres avant !

Tout en rappelant que 99 % de nos besoins quotidiens sont transportés par route, il faut savoir que les flux de la logistique urbaine sont impactés par l’évolution de différents facteurs sociaux, sociétaux, consuméristes et économiques :

  • Le fait que 75% de la population française vit dans une zone urbaine impacte fortement les flux de marchandises entrant ou sortant dans les quelques 75 zones urbaines répertoriées par l’INSEE
  • La croissance de l’e-commerce qui engendre de nouveaux modes de consommation, avec la multiplication des livraisons chez les particuliers, en points relais, etc....
  • La multiplication des petites surfaces de distribution, démunies de zone de stock au profit d’une plus grande surface allouée aux rayonnages et aux clients, fonctionnant ainsi en flux tendus (la livraison est mise en rayon immédiatement) : tout cela engendre la multiplication des livraisons de ces commerces de proximité à des rythmes quasi-quotidiens
  • La lutte pour la qualité de l’air, véritable enjeu de santé publique qui pousse conjointement les élus et les professionnels à agir. Les élus et les pouvoirs publics prennent des décisions règlementaires sur la circulation et mettent en place de mesures de protection de l’atmosphère. Les professionnels s’insèrent dans ces décisions en renouvelant leur flotte de véhicules ou en choisissant des motorisations alternatives

Les camions en ville, facteur majeur de congestion. Vraiment ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser les véhicules de livraison du dernier kilomètre ne provoquent pas la congestion, ils en sont des victimes. La congestion en zone urbaine est principalement causée par les déplacements individuels quotidiens « domicile/travail » avec les véhicules particuliers : les poids-lourds n’occupent que 18% de l’espace sur voirie. Mais ces conflits d’usage de la voirie en zones urbaines, intensifiés par la congestion des véhicules particuliers et de la présence d’une grande multiplicité et densité de services (transport public de personnes, services publics municipaux et d’intervention de secours, etc....) impactent la capacité de répondre aux besoins du quotidien.

A noter : Le transport de marchandises en ville ou du dernier kilomètre du transport routier de marchandises, est soumis à une double réglementation : celle du transport et celle des collectivités locales (circulation, stationnement, etc. ...).

L’enjeu pour une logistique optimisée

L’enjeu pour une logistique optimisée

Faire vivre l’économie d’aujourd’hui avec les contraintes d’urbanisme actuelles

La lutte contre la pollution, notamment aux particules, s’est renforcée ces dernières années, avec la baisse des seuils d’information et d’alerte en 2012, la mise en place des Plans pour la Protection de l’Atmosphère et du Plan d’Urgence pour la Qualité de l’Air. Enfin, la loi sur la Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles dite MAPTAM, promulguée en janvier 2014, a donné aux collectivités locales des outils pour déployer certaines mesures à l’échelle de leur territoire.

Pour autant, les collectivités territoriales multiplient les interdictions de circulation aux plus de 3,5 ou 7,5 tonnes mettant ainsi fin à la massification des livraisons en poids-lourds. Elles gèrent hiératiquement et de façon peu optimale les emplacements des aires de livraisons, qui devraient évoluer en fonction des modifications des besoins des commerces et leur taux d’occupation. Cet état de fait contraint les livreurs, soumis au respect des temps de conduite règlementaires, de stationner fréquemment en infraction en double file.

Tout ceci a pour conséquence d’augmenter le nombre de véhicules utilitaires légers sur la voirie, contribuant à accentuer la pollution et la congestion et d’abaisser les conditions de sécurité pour les livreurs (9 accidents du travail sur 10 ont lieu lors du chargement ou du déchargement).

Or, qu’il s’agisse des réseaux autoroutiers, du réseau routier national non concédé ou des voiries communales, l’accès aux infrastructures routières est un facteur vital pour le transport routier de marchandises. Ce dernier doit continuer à pouvoir répondre à ces besoins du quotidien en utilisant tous les leviers technologiques et organisationnels sans grever les conditions sociales, économiques et environnementales de l’activité.

Propositions de la FNTR pour une logistique urbaine optimisée en 4 points d'action 

Propositions de la FNTR en 4 points d'action 

Agir sur les véhicules et les motorisations

  1. Indexer le calendrier de sortie du diesel des collectivités territoriales sur le déploiement effectif d’un réseau d’avitaillement en GNV et d’une offre constructeurs suffisante et variée en tonnage
  2. Accompagner le renouvellement de la flotte en maintenant, voire relevant le niveau (montant, seuil d’éligibilité, …) des aides et des incitations fiscales locales hors pour l’achat de véhicules à faibles émissions, ...)

Agir sur les emprises logistiques urbaines au plus près des cœurs d’agglomération

  1. Simplifier la règlementation relative à l’urbanisme logistique
  2. Intégrer les collectivités territoriales dans des projets de « services de logistique urbaine » et rendre viables économiquement les centres de distribution urbaine
  3. Créer un "comité inter-métropolitain de logistique urbaine" de partage d'expérience d'outils juridiques et techniques leur permettant d’harmoniser leurs plans d'actions et les aides qu’elles octroient

Agir sur les politiques publiques territoriales

  1. Harmoniser les restrictions de circulation au niveau le plus fin des réseaux routiers urbains pour éviter les contradictions entre communes
  2. Utiliser les leviers du numérique pour optimiser l’usage de la voirie notamment par exemple pour améliorer le contrôle des utilisateurs indélicats des aires de livraison. Mettre en place une plateforme nationale dématérialisée de réservation des emplacements de stationnement pour les déménageurs.Koso0094
  3. Clarifier la fiscalité foncière des entrepôts logistiques et l’harmoniser pour qu’aucune interprétation locale ne soit possible

Agir sur le social et la règlementation transport

  1. Renforcer les contrôles de 2-roues motorisés et des véhicules utilitaires légers sur route ou aux abords des lieux de consommation, cœurs de villes ou zones d’activité commerciales, pour s’assurer de leur conformité aux règles d’accès à la profession
  2. Informer les élus locaux sur l’activité des plateformes digitales, sur les obligations qu’elles doivent respecter en matière de règlementation transport et sur les mesures de protection sociale qu’elles doivent mettre en place pour préserver la santé des livreurs et la sécurité routière

Retour