Vous êtes ici

Premier semestre 2019 : les temps forts à retenir

 

Avant de marquer une pause estivale et bien que la rentrée soit déjà sur toutes les lèvres, cette dernière publication avant les grands départs est l’occasion de revenir sur les temps forts du premier semestre 2019. Gilets jaunes, Paquet Mobilité, Projet de loi LOM mais aussi Grand Débat, élections européennes, etc. autant de sujets qui ont mobilisé la Fédération. Retour sur 6 mois de propositions et d’actions. 

1er janvier 2019, l’année s’ouvre sur une crise sociale profonde. La mobilisation des Gilets Jaunes dure depuis environ deux mois. Pour le Transport Routier de Marchandises, le prix à payer est lourd. Humainement d’abord, les équipes sont sous tension surtout les conducteurs qui doivent faire face aux manifestations et aux blocages. Financièrement ensuite, avec 2 milliards d’euros de pertes et surcoûts de production !

La Fédération se mobilise et rencontre dès le 8 janvier la Ministre des Transports, Elisabeth Borne et la Secrétaire d’État à l’Économie et aux Finances, Agnès Panier Runacher. L’objectif ? Proposer des mesures d’urgence destinées à soutenir les entreprises dans cette période notamment en matière de trésorerie. Après des semaines de dialogue avec les pouvoirs publics, les résultats sont là notamment avec le remboursement accéléré de la TICPE la garantie d’obtention de l’attestation de vigilance, etc.

Dans le même temps, s’ouvre le Grand Débat. Là aussi les Transporteurs de la Fédération souhaitent faire entendre leur voix et portent largement leur contribution auprès des décideurs et des médias au niveau national comme au niveau local.

En parallèle, la Fédération se mobilise sans relâche au niveau européen sur le Paquet Mobilité. Des mois et des mois de travail. Le 4 avril, c’est la victoire, le Paquet Mobilité est adopté par le Parlement.

Au niveau européen, le Brexit occupe en continu la Fédération : auditions parlementaires, rencontres avec les pouvoirs publics, propositions, communication. Les Transporteurs le savent, en cas de no-deal, c’est d’abord sur les routes que le Brexit sera visible !

C’est dans ce contexte que démarre la campagne des Élections européennes. La Fédération décide de s’adresser directement aux décideurs en produisant un Manifeste pour les 5 années de mandature à venir. Une véritable feuille de route présentée lors d’un diner débat avec les 4 principaux partis et envoyée à l’ensemble des nouveaux parlementaires.

Autre sujet stratégique : le projet de loi LOM. Un texte d’abord remanié par le Sénat qui pointe immédiatement l’absence de financement de cette loi. Revenu en lecture à l’assemblée, il est finalement voté le 18 juin par les Députés. En absence de consensus sur le texte adopté par le Sénat et celui de l’Assemblée nationale, c’est à la Commission Mixte Paritaire que revient la responsabilité de trouver un accord. Mais là encore, la question du financement refait surface et conduit à un échec de la CMP.

Malheureusement, une nouvelle taxe en cachant bien souvent d’autres, c’est une véritable calamité fiscale pour les entreprises qui se prépare : baisse des allègements Fillion, GNR, requalification des entrepôts, contrats-courts, etc. Et voilà de nouveau les Transporteurs mobilisés sur tous les fronts, national comme local. Et si le Gouvernement ne recule pas en septembre, les Transporteurs le promettent : ils sauront se faire entendre des pouvoirs publics. Rendez-vous à la rentrée.