Vous êtes ici

Paquet Mobilité 3 : renforcer la sécurité des véhicules pour réduire les accidents routiers dans l’Union européenne

Le 19/04/2019 | Europe

Paquet Mobilité 3 : renforcer la sécurité des véhicules pour réduire les accidents routiers dans l’Union européenne

A Strasbourg, le Parlement européen, au cours de sa dernière session avant les élections de mai prochain, a adopté un texte sur la sécurité générale des véhicules proposé dans le Paquet Mobilité 3.

Par 578 voix pour, 30 contre et 25 abstentions, les eurodéputés ont largement voté en faveur de l’accord interinstitutionnel (avec le Conseil et la Commission européenne) sur un Règlement qui prévoit de renforcer la sécurité de tous les véhicules afin de réduire le nombre des accidents. La dernière étape de validation inter Institutions passera maintenant par le Conseil.

Les mesures adoptées comprennent :

  • une assistance pour limiter la vitesse qui pourrait réduire les accidents jusqu’à 20%
  • un éthylomètre anti démarrage
  • un système de surveillance de la somnolence
  • un système de reconnaissance de la distraction
  • un signal d’arrêt d’urgence
  • un système de détection pour la marche arrière
  • un enregistreur de données (« black box »)

Un focus est mis sur les camions concernant la « vision directe » du conducteur pour atténuer au maximum les angles morts à l’avant et côté conducteur. L’ensemble des dispositions devront s’appliquer aux nouveaux camions à partir de 2025. Puis quelques éléments adaptables aux anciens véhicules à partir de 2028.

Pour information, l’ACEA (Association des Constructeurs Européens d’Automobiles) souligne que l’introduction de toutes ces nouvelles fonctionnalités pourraient apparaître comme un « trop plein » d’informations pour les conducteurs...

La FNTR se réjouit bien sûr de ce vote positif pour la sécurité routière et réaliste dans sa mise en œuvre. Elle souligne également que les nouvelles normes introduites nécessiteront une actualisation de la formation des conducteurs. Il conviendra également de chiffrer le surcoût généré pour les entreprises qui dans le même temps devront également intégrer les nouvelles normes CO2.