Vous êtes ici

Nouvelles mobilités : la FNTR auditionnée au Sénat

Nouvelles mobilités : la FNTR auditionnée au Sénat

Comment les technologies numériques dans le domaine des mobilités pourront permettre de redéfinir les notions de centre et de périphérie en atténuant, voire en supprimant, la notion d'espace-temps ? Comment faire correspondre technologies numériques et problématiques d'aménagement du territoire, tant urbain que rural, et de fractures territoriales ?

C’est pour recueillir son expertise sur le sujet que la FNTR a été auditionnée le 3 avril dernier par la Délégation Sénatoriale à la prospective, présidée par M. Roger Karoutchi, sénateur des Hauts-de-Seine, chargée de réfléchir aux transformations de la société et de l'économie. 

Cette délégation Sénatoriale a en effet confié à Mmes Michèle Vullien, sénatrice du Rhône, Françoise Cartron, sénatrice de la Gironde, ainsi qu'à MM. Olivier Jacquin, sénateur de Meurthe-et Moselle, Alain Fouché, sénateur de la Vienne, et Didier Rambaud, sénateur de l'Isère, la réalisation d'une étude prospective sur les nouvelles mobilités.

Après avoir dressé un état des lieux social, économique et européen du secteur du transport routier de marchandises, la FNTR a livré ses positions sur ;

• la contribution des outils numériques à la transformation de l’offre et de la demande : en effet, les opportunités de croissance apportée par le numérique ne doivent pas être une contrepartie d’un moins-disant social et économique, fragilisant les acteurs du TRM et dégradant la qualité de service attendue par le client final.

• le développement de l’intermodalité : les professionnels du transport routier de marchandises sont les premiers à exprimer leur attachement à la complémentarité des modes et au développement de l’intermodalité dès lors que les pouvoirs publics assurent -notamment à travers la fiscalité- des conditions de marché qui ne pénalisent pas la route pour tenter vainement et artificiellement de favoriser le report modal.

• l’équilibrage des besoins des territoires.  Le TRM contribue au désenclavement des zones géographiquement défavorisées. Le numérique à l’usage du TRM doit contribuer fortement à l’effacement des obstacles au développement et des inégalités spatiales.

La FNTR a également apporté son éclairage sur les répercussions positives du numérique sur le développement durable, sur l’évolution qualitative et quantitative des besoins en formation de la main d’œuvre, ainsi que les bénéfices attendus par la Lettre de Voiture Électronique, la Blockchain et le Véhicule Automatisé