Vous êtes ici

La politique anti-entreprises du Gouvernement

La politique anti-entreprises du Gouvernement

 

 

Les organisations professionnelles du Transport Routier de Marchandises avaient fait part dès la semaine dernière de la colère grandissante des transporteurs partout en France. La raison ? Des mesures fiscales et réglementaires qui feraient peser des centaines de milliers d’euros de charges et de contraintes supplémentaires sur le secteur. Reçues par Élisabeth Borne mardi après-midi, elles attendaient des réponses. Au lieu de ça, la Ministre alourdit la facture en augmentant la fiscalité gazole.

Trop c’est trop ! avaient prévenu les transporteurs routiers la semaine dernière et qui ont été reçus cette après-midi par Madame Borne. Mais la Ministre avait déjà fait les annonces mardi matin. A toutes les mesures fiscales et normatives prévues alourdissant les charges des entreprises viendra donc s’ajouter une augmentation de la TICPE de 2 centimes par litre.

On s’interroge sur le but d’une rencontre dont les conclusions ont déjà été annoncées le matin même devant la presse. La profession, pourtant déjà à bout, avait fait part de la colère grandissante des transporteurs partout en France, des risques de débordements et de mobilisations. « Face à une vague fiscale mortifère pour les entreprises françaises, c’est la compétitivité, la croissance, le pouvoir d’achat et l’emploi qu’attaque le gouvernement. Les professionnels étaient venus chercher des réponses à leur colère. Cette dernière ne fait aujourd’hui qu’empirer » déclarent d’une seule et même voix les organisations professionnelles du secteur.

Augmentation de la TICPE, augmentation de la fiscalité sur le GNR, suppression de la DFS (Déduction Fiscale Spécifique), réduction des allègements Fillon, taxation des contrats courts, requalification de la fiscalité des entrepôts, etc. « Un saupoudrage fiscal dont personne n’est dupe dans le secteur et qui monte la facture à des centaines de milliers d’euros ! Sans parler de la méthode : 0 concertation, 0 étude d’impact, 0 planification. Et toutes ces mesures ne pèseront que sur les entreprises françaises ! Elles condamnent la compétitivité de notre pays dans un marché européen ultra compétitif » dénoncent les organisations professionnelles.

« Non seulement il n’y a eu aucune concertation mais le gouvernement annonce une fiscalité que ne pourront pas supporter les professionnels. Nous assistons à une vague de mesures anti-entreprises, anti pouvoir d’achat et anti-emploi. Nous avons porté depuis des semaines la colère de nos transporteurs, leur désarroi, les risques sérieux de débordement sur le terrain. Au lieu d’avoir des réponses, le gouvernement ne fait qu’empirer la situation. Dans le même temps, on continue d’ajouter des normes qui exigent des investissements massifs. Notre secteur irrigue l’ensemble de l’activité française, l’asphyxier c’est condamner l’économie française, le pouvoir d’achat et l’emploi. Nous ne nous laisserons pas faire. » ont conclu les organisations.