Vous êtes ici

Intempéries : en première ligne...

Pour soutenir les entreprises du transport routier de marchandises dans l’épisode neigeux de la semaine dernière, la FNTR s’est fortement mobilisée : cellule de veille et information en temps réel au niveau national et régional, demandes express de dérogations auprès de l’État...  Au passif des pouvoirs publics, des décisions non-coordonnées et un usage incohérent du principe de précaution laissant les transporteurs seuls à devoir en assumer les frais ?

La première mission de la FNTR est de défendre ses entreprises, bien sûr de façon structurelle pour peser sur les transformations de moyen et long terme qui impactent la Profession, mais aussi de façon conjoncturelle, au gré de l’actualité, quand des événements portent atteinte à l’activité de ses entreprises.

60 millions d’euros de perte par jour ! cout pour le TRM du manque de coordination des pouvoirs publics

Des derniers évènements récents, liés aux épisodes neigeux, il ressort deux faits incontestables :

  • d’une part, de nombreuses entreprises ont eu à subir un préjudice économique conséquent que l’on ne peut ignorer
  • d’autre part, les pouvoirs publics ont une responsabilité majeure dans les dysfonctionnements qui sont à l’origine de ces préjudices:  annonces d’interdiction de circulation non suivies par la publication rapide des arrêtés entrainant pour les camions un empêchement de repartir alors que les autorisations sont annoncées, absence totale de coordination entre préfets de zones de défense et préfets de département ayant pour conséquence qu’une levée d’interdiction de circuler se heurte à une interdiction établie dans un département limitrophe.

LA FNTR ne peut dresser un tel constat, et en rester là. Surtout lorsque des analyses et propositions concrètes ont été développées pour une meilleure gestion des intempéries et ce, depuis 2011.

Mettre l’État face à ses responsabilités est le sens de la revendication d’une réparation.

La FNTR demandent à ses entreprises adhérentes de lui faire parvenir le montant des préjudices estimés à ce stade, de façon que soit abordée, chiffres en main, avec les pouvoirs publics, la question de la réparation (facilités administratives, compensations fiscales, sécurisation juridique dans la reprise de l’activité des entreprises).

A l’approche des débats sur le projet de Loi Orientation Mobilité, la FNTR reste et restera déterminée à défendre une idée ambitieuse de l’intérêt général dans laquelle les entreprises du TRM ont un rôle clé à jouer en tant que pivot de la mobilité des marchandises.