Vous êtes ici

Hauts-de-France : une AG très politique

La FNTR Nord et TLF Hauts-de-France tenaient, jeudi 9 novembre, leur AG commune sur fond de négociations post-Brexit qui conditionneront une importante partie de l’activité économique des transporteurs dans les prochaines années.

« Parce que nous sommes fiers d’être une grande région de Transport routier et de logistique, la Région des Hauts-de-France accompagnera les transporteurs routiers pour la formation et le recrutement ». C’est par ces mots que Xavier Bertrand, président de la Région Haut-de-France, a débuté son discours. Invité d’honneur de l’AG annuelle de la FNTR Nord et TLF Hauts-de-France, il a assuré leurs présidents respectifs, Jean-Luc Dejode et Sébastien Delquignie, du soutien de sa région sur les tensions de recrutement que le secteur connaît actuellement.

Brexit, crise migratoire et détachement

Xavier Bertrand, a également insisté sur les négociations post-Brexit et sur sa volonté d’imaginer des infrastructures douanières les plus souples possibles. En effet le 30 mars 2019, le Royaume Uni sera un Etat tiers. Sa sortie de l’Union douanière engendrera environ 255 millions de procédures douanières, entrainant des coûts supplémentaires pour les transporteurs français qui devront recruter des personnes qualifiées en matière douanière pour réaliser les déclarations import/export. Raison pour laquelle la FNTR réclame une période de statu quo s’étendant à 3 ans avec 2 années supplémentaires.

Sur la problématique migratoire, sujet hautement sensible dans le Calaisis et sur lequel les transporteurs sont en première ligne, Xavier Bertrand a reconnu que si le démantèlement avait changé la donne « ce n’est pas parce qu’ils sont moins nombreux qu’il n’y a pas de problème d’agression (…) : il faut rester ferme ». Sur le détachement, il  a souligné « la nécessité de renforcer les contrôles dans la région à destination de ceux qui ne font que la traverser » ajoutant qu’il allait intervenir en ce sens auprès du Gouvernement dans l’objectif de lutter contre cette dérégulation.

René Petit, président de la FNTR Nord passe la main à Jean-Luc Dejode

Après 35 années de présidence de la FNTR Nord, René Petit a annoncé lors de cette AG qu’il passait le flambeau à Jean-Luc Dejode, déjà co-président depuis 2 ans et membre du conseil national de direction de la FNTR.