Vous êtes ici

Grève des Douanes : opération pédagogique des transporteurs

Grève des Douanes : opération pédagogique des transporteurs

Depuis plus deux semaines, une grève du zèle des Douanes aux abords des ports de Calais et Dunkerque ainsi qu’au niveau d'Eurotunnel paralysent littéralement la circulation locale aussi bien pour les véhicules allant vers la Grande Bretagne que pour ceux circulant uniquement dans la région. Un impact évident pour les transporteurs avec d’interminables files d’attente, des mesures de stockage, des conditions d’attente inhumaines, etc. Des conséquences contre lesquelles se mobilise quotidiennement la FNTR, notamment avec une opération pédagogique depuis hier soir à destination des pouvoirs publics : oui, fluidifier la circulation est possible même en temps de grève !

Cela fait des jours que nos conducteurs souffrent de ces temps d'attente (pouvant aller jusqu' 8 heures et plus) sans bénéficier des commodités les plus élémentaires comme la nourriture, l’eau et des sanitaires. Et cela fait des jours que la FNTR, au niveau national comme au niveau local, se bat pour que ces conditions s’améliorent. Il en va du respect pur et simple de nos professionnels. Les choses ont commencé à bouger en fin de semaine dernière. De l’eau, des vivres ont été distribués, des WC mobiles mis en place. Mais nous restons vigilants.

Au-delà de cet aspect humain, qui à lui seul justifie notre mécontentement et notre mobilisation, l’impact économique sur nos entreprises est extrêmement préoccupant. Pour les transporteurs, chaque minute d’arrêt, représente un euro de perte par camion. En moyenne, les transporteurs ont réalisé une perte sèche de 600 euros / camion / jour depuis le début du mouvement des douaniers.

C’est pourquoi la FNTR Nord Pas de Calais s’est aussi mobilisée sur le terrain. Une vingtaine de transporteurs aux côtés des équipes de la Fédération ont depuis hier soir initié un mouvement  destiné à prouver qu’il est possible de fluidifier la circulation dans la région en mettant en place la bonne méthodologie de régulation du trafic. La clé ? Distinguer les PL allant vers la Grande Bretagne de ceux circulant au local, anticiper les aires de stockage plus en amont pour éviter les congestions. Une méthode qui a prouvé son efficacité dès hier soir.

Les préoccupations et appréhensions relatives à la mise en œuvre du Brexit sont légitimes. La FNTR rappelle à ce titre qu’elle figure parmi les premiers acteurs à avoir alerté les pouvoirs publics sur le sujet. Mais ne nous trompons pas de sujet, le mouvement initié par les transporteurs poursuit un seul et même objectif pédagogique : montrer qu'un retour à la normale avec ou sans grève des douaniers est possible et demander aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités pour que la route, qui est leur outil de travail indispensable, et la liberté de circuler soient respectées. Car les transporteurs n’ont qu’un souhait, celui de pouvoir faire leur métier normalement.

Depuis hier, des avancées en la matière semblent se mettre en place mais la Fédération, tant au niveau national que local et en lien permanent avec les pouvoirs publics, veille à ce qu’elles soient dans les faits confirmées sur le terrain.