Vous êtes ici

Fiscalité verte : Pas d’alibi écologique pour une taxe sur les infrastructures !

La FNTR a été auditionnée à l’Assemblée nationale le 5 juillet par Bénédicte Peyrol, députée LREM de l’Allier et en charge d’une mission sur la fiscalité écologique. Elle a souligné l’importance du rôle des transporteurs comme apporteurs de solutions en termes de transition énergétique et que ces derniers devaient impérativement être parties prenantes des politiques publiques en matière de développement durable.

Florence Berthelot, Déléguée Générale de la FNTR a rappelé que l’ensemble des usagers de la route s’acquittaient de 39 milliards d’euros, recettes permettant largement à l'État de financer les infrastructures. Elle a également développé auprès de Bénédicte Peyrol qu’il ne fallait pas confondre une taxe pour les infrastructures et une taxe écologique.

Concernant la transition énergétique il a été rappelé que les transporteurs avaient déjà amélioré considérablement leurs performances environnementales, sans aide de l’État, notamment via l’acquisition de véhicules GNV. La FNTR a insisté sur le fait qu’il est préférable d’avoir des mesures incitatives comme le suramortissement, la stabilisation de la fiscalité sur le gaz pour pouvoir aller vers davantage de transition écologique plutôt que de créer une taxe qui tombera dans un puits sans fond et qui n’ira certainement pas à la transition écologique.