Vous êtes ici

Equilibre confirme la performance environnementale des véhicules GNV

Equilibre confirme la performance environnementale des véhicules GNV

Le projet Equilibre, piloté par des transporteurs routiers de la région Auvergne-Rhône Alpes et soutenu par la FNTR, vient de publier ses secondes conclusions chiffrées. A l’issue de deux ans d’utilisation de 12 véhicules, ce sont plus d’un million de kilomètres qui ont pu faire l’objet d’une étude visant à mesurer les émissions de gaz à effet de serre et polluants de poids lourds diesel et GNV.

Cet examen scientifique a été réalisé en collaboration étroite avec le Pôle Compétitivité CARA (anciennement LUTB), le CRMT et l’IFSTTAR, en conditions réelles d’utilisation avec des typologies de voiries variées.

Il ressort très nettement que les émissions de NOx sont étroitement liées à des situations occasionnant des accélérations rapides et se concentrent également durant les phases à forte densité de circulation. Dans ces conditions d’exploitation, le GNV s’avère la solution la plus performante en matière d’émissions de polluants à ce jour.

Equilibre a permis également de mesurer précisément les effets du vent qui peut induire une sur-consommation de 20%.

Au vue de l’ensemble des analyses, la performance du GNV se révèle hors pair lors des traversées d’agglomération et dans les zones urbaines denses, où les gains sur les émissions de CO2 peuvent dépasser 20%.

Dans un contexte de renforcement des objectifs de réduction de gaz à effet de serre, aussi bien au niveau européen, national, que local, ces résultats confortent la pertinence de la solution GNV face aux contraintes opérationnelles et économiques des entreprises.

La FNTR salue l’implication des transporteurs qui sont engagés dans cette opération sans équivalent en Europe.

Cette annonce coïncide avec le lancement par l’ADEME d’un nouvel Appel à Projets (AAP) sur le GNV, dans la continuité de l’AAP « solutions intégrées de mobilité au GNV ». Cet AAP qui sera clôturé le 6 juillet 2017 vise à créer les conditions d’un déploiement de la filière GNV dans des zones présentant des déficits locaux de stations GNV / BioGNV mais ayant suffisamment d’acteurs locaux et de demande pour permettre une viabilité de la station, avec une subvention fléchée vers les véhicules.