Vous êtes ici

Edito FNTR : Notre Dame de La La Land

Edito FNTR : Notre Dame de La La Land

Edito FNTR du 13/12/18

Scène vue sur les Champs-Élysées samedi 8 décembre lors de manifestation des Gilets jaunes : un jeune homme avec des rasta et un sarouel présentent des roses jaunes en signe de paix. Il rappelle étrangement les zadistes qui squattaient Notre Dame des Landes. Certainement baba plus que bobo. D’ailleurs certains ronds-points tenus par les « Gilets » commencent un peu à ressembler à des ZAD (Zones à défendre). Baraques en palettes, braseros, saucisses et merguez. Rien à voir avec les casseurs et les pillards qui ont pris l’habitude de dévaster les commerces et les rues de Paris tous les samedis.

Dans les expressions de revendications plane le rêve d’une utopie : « on est tous frères, mec ! ». L’un d’entre eux, un peu exalté (y a quoi dans ton Thermos ?), dit devant les caméras « j’ai envie ». « J’ai envie de vivre mieux », « J’ai envie que les salaires et les retraites augmentent de 30% ». Clairement, il y en a qui ont vu la Vierge. On en a tous envie ! A moins qu’il y ait un fou de service qui demande que les salaires baissent et que les impôts augmentent, le tout pour vivre plus mal. Les représentants du monde économique -composé majoritairement de PME-TPE- font remarquer que pour augmenter les salaires, deux conditions s‘imposent : l’une est que les affaires marchent, ce qui n’est pas du tout le cas en ce moment, et l’autre que les charges baissent. Ils se font insulter sur les réseaux sociaux, lieu ultime de la démocratie. La réalité cohabite mal avec les « envies ». Il faut beaucoup de temps pour déloger une ZAD. Comme il y en a un peu partout on pressent que cela va être compliqué.

En attendant, les commerçants de Paris (et de beaucoup d’autres villes en France) se barricadent tous les week-ends car ils ont aussi des « zones à défendre ». Il y a au moins une corporation qui s’en sort bien en ce moment, c’est celle des menuisiers et… des charpentiers. C’est de saison. Manquent les bergers (du Larzac ?), la neige, l’étable, l’âne et le bœuf qui soufflent dessus. Quant à la paille, on en retrouvé des bottes entières dans une rame de métro. Miracle de Noël…

Florence Berthelot