Vous êtes ici

Edito FNTR : On n’a pas tous les jours 20 ans...

Edito FNTR du 01/02/2018

Janvier 2018 : le séminaire des Secrétaires Généraux de la FNTR a ouvert une année d’anniversaire. Celle des vingt ans du bureau permanent de la Fédération dans la capitale européenne. A l’époque, cette installation était un pari qui semblait un peu fou à certains. C’était déjà la preuve d’une vision.

De Neil Kinnock à Violeta Bulc, 6 commissaires aux transports se sont succèdés, la DG TRAN est devenue la DG MOVE. Plusieurs Livre Blanc relatifs aux transports ont été publiés. La règlementation des transports s’est considérablement étoffée, du Paquet Route des années 2000 aux Paquets Mobilités de notre décennie. L’essentiel de la règlementation du Transport routier se construit à Bruxelles. Et à chaque fois, la FNTR était là, à peser dans les débats, à porter la voix des entreprises de transport, pour plus d’Europe, une Europe régulée.

C’était encore le cas lorsqu’au parlement européen, Mme Morin Chartier, rapporteure du texte sur le Détachement des Travailleurs et Georges Bach rapporteur sur le texte relatif aux temps de conduite et de repos des conducteurs, ont reçu les représentant de la FNTR qui ont questionné, débattu dans des échanges de haute qualité sur ces dossiers complexes. En 20 ans, l’Europe est passé de 15 à 28 membres, bientôt 27 (Brexit oblige...), dans un élargissement trop rapide, mal maitrisé, qui a catapulté le marché du transport en mettant en concurrence des entreprises de pays aux coûts sociaux et fiscaux totalement inégaux.

Aujourd’hui les clivages sont profonds entre les États membres et au sein même de la Profession européenne. La Commission et le Parlement européens entendent boucler le Paquet Mobilité avant les élections européennes de l’année prochaine. Le challenge est ambitieux. Dans 20 ans, il est plus que probable que certains de ces débats n’auront plus lieu d’être : les camions seront devenus en grande partie autonomes et le différentiel de coût de travail ou de charges sociales sera un souvenir. Ou pas. Rendez-vous dans 20 ans !

Florence Berthelot