Vous êtes ici

Edito FNTR : La magie de Pâques

EDITO DE LA FNTR DU 13/04/2017

Edito FNTR : La magie de Pâques

Les transports en commun sont une source inépuisable d’observations. Vue et entendue dans un autobus, une conversation entre un petit garçon et sa maman. On comprend qu’on parle de Pâques, des vacances chez mamie, et de la chasse aux oeufs dans le jardin des grands-parents. L’enfant pose la question inévitable « mais les oeufs ils vont arriver comment dans le jardin ? ». Et la mère de lui apporter la réponse qui est celle de tous les parents depuis des centaines d’années : « Ce sont les cloches qui reviennent de Rome qui vont les rapporter ».

Quand on y pense, c’est assez peu logique. Comment croire à des cloches qui transporteraient, avec leurs petits bras, des oeufs en chocolat ? Tout en volant... Celui qui a déjà essayé de faire voler une cloche en fonte s’en souvient à ses dépens. Ou ne s’en souvient plus du tout. Quoiqu’il en soit, à voir l’air dubitatif de l’enfant, l’histoire ne prend pas. Fronçant le front dans une profonde réflexion, il se tait un moment puis lâche péremptoirement « les cloches, en vrai ce sont des drones. » Cette logique d’aujourd’hui plonge tout le monde dans un abîme de perplexité. Mais d’où ils sortent ces gamins ? Ils ne croient plus à la magie, et ont une explication technologique à tout ! Des drones... C’est loin d’être absurde. Mais qu’en est-il du reste ? Le petit Poucet aura-t-il activé la fonction « géolocalisation » de son smartphone ? Cendrillon est-elle passée dans « Nouveau look pour une nouvelle vie » ? Le tapis volant d’Aladin n’était-il qu’un skateboard sur coussin d’air ? Blanche-Neige a-t-elle fait travailler les sept nains sous le statut d’auto-entrepreneurs ? Quand même… Des drones apportant les oeufs de Pâques...

C’est à ce genre de réflexion enfantine qu’on prend cent ans d’un coup. La jeunesse a déjà intégré toutes les innovations qui jaillissent. Et en grandissant, elle s’appuiera sur cette technologie pour tous les aspects du quotidien, de la vie sociale, des affaires et de la politique. Il est clair qu’il va falloir veiller à ne pas se laisser dépasser au risque de devenir des « vieux ». Préparons-nous. Et la prochaine fois qu’on me demande comment le Père Noël arrive à livrer tous ses cadeaux la nuit du 25 décembre, je répondrai « Il a des entrepôts logistiques un peu partout et il utilise un réseau de messagerie express ».

Florence Berthelot