Vous êtes ici

Edito FNTR : la chasse aux moutons

Edito FNTR : La chasse aux voix est ouverte

EDITO DE LA FNTR DU 26/10/2016

Nous sommes en campagne. La truffe frémissante, les chiens piétinent, prêts à s’élancer, dans la brume du matin. Les cartouchières sont pleines. La battue commence. C’est l’ouverture de la chasse. Voilà peu ou prou à quoi ressemble une campagne électorale : les chasseurs-candidats arment leurs munitions : des promesses comme autant de seringues anesthésiantes. Ils se présentent en bergers qui, demain, raseront gratis. Leur gibier, ce sont les électeurs. A leurs yeux, autant de moutons. Car, qu’on ne s’y trompe pas, à la fin, nous serons tondus ! On peut toujours nous faire miroiter un pré plus verdoyant, plus de liberté, de l’eau fraîche à volonté, nous n’y croyons plus. Le catalogue des promesses pèse le poids d’un ballot de laine : suppression de la loi sur la pénibilité, arrêt de toute fiscalité supplémentaire, allègement des multiples contraintes réglementaires et des charges sociales. Dans le transport, rétablissement de conditions de concurrence plus équilibrées, convergence sociale européenne, mesures pour la compétitivité.

Mais l’histoire est connue : toute élection provoque soit une amnésie totale de ce qui a été promis, soit l’aveu de l’impuissance parce qu’au final « ce n’est possible vue la situation économique/financière/budgétaire/sociale ». Rayer la mention inutile... A cet égard, concernant notre secteur d’activité, il est probable que l’éco-taxe poids lourds fasse son come-back ! Car généralement, les urnes à peines vidées,  toujours plus de taxes, toujours plus lourdes. Le drame c’est qu’alors que nous sommes- parfois- prêts à écouter les programmes de tel ou tel, les voilà partis dans une autre direction ! On souhaite entendre parler d’économie, ou des mesures envisagées pour relancer la croissance, libérer les énergies, développer l’innovation, nous remettre dans la course dans la grande compétition européenne et mondiale. On nous parle de tout autre chose. On attend vainement qu’on nous explique une vision, qu’on détermine un cap, et la façon d’y parvenir. Mais rien d’autres  que petites phrases et vieilles recettes. La chasse aux moutons n’est finalement pas si compliquée. Inutile de dépenser ses munitions. Les électeurs sont assommés et finissent par périr... d’ennui.