Vous êtes ici

Edito FNTR : Fais pas-ci, Fais pas-ça

Edito FNTR : Fais pas-ci, Fais pas-ça

EDITO FNTR du 5 juillet 2019

Un épisode de canicule est particulièrement illustratif du fait qu’on nous donne des ordres sans arrêt. Généralement d’ailleurs pour nous dire ce que l’on savait déjà. On nous nous prend au mieux pour des enfants, au pire pour des inconscients. Buvez de l’eau régulièrement (on ne sait jamais si l’envie me prenait de m’assoiffer exprès…). Fermez les volets. Allez dans des endroits climatisés. Bref, c’est l’été, il fait chaud et on me dit comment gérer ça. Mais si ce n’était que pendant la canicule… ça n’arrête jamais. Ne roulez pas au diesel (d’ailleurs ne roulez pas tout court ; prenez un vélo ou marchez cela vous fera du bien). Mettez vos déchets recyclables dans la poubelle jaune. Mangez bio et si possible végan parce que ce n’est pas bien de tuer des animaux (mais les cafards et les moustiques c’est permis quand même ?). Economisez l’eau (vu son prix… ?). Ne prenez pas l’avion. Faites du sport (mais pas en pleine journée). Partez en vacances en période verte (heu… en voiture ?). Ne fumez pas. Ne buvez pas d’alcool. Privilégiez le télétravail (pour livrer les marchandises ça va être compliqué ça…). N’utilisez pas de produits chimiques. Ne donnez pas la fessée à vos enfants (et aux grands, on peut ?). Ne portez pas de fourrure ou de textiles synthétiques.

A longueur de journée, on nous dit quoi faire ou ne pas faire. Notons que la plupart du temps, nous n’avons attendu personne pour nous comporter « correctement ». Ça s’appelle la vie en société. Mais le pire c’est sans doute la petite musique culpabilisante qui accompagne toutes ces injonctions. En gros, si tu te comportes à l’inverse de ce qu’on te dit, tu es un méchant. Tu contribues au gaspillage, à la pollution, au réchauffement climatique et au final, tu nuis à l’humanité. Tu ne devrais même pas exister, on devrait te bannir ou même t’éliminer du système : au coin ! D’ailleurs, pourquoi tu souris ? Ne ris pas, c’est sérieux. On ne plaisante pas avec ces choses-là.

Mais attention ! Le jour où on nous interdira de relever ces travers, de souligner le ridicule de certaines de ces injonctions, ou tout simplement le jour où on sera carrément puni pour ne pas avoir respecté la « bienpensance », on aura vraiment du souci à se faire. A nous prendre pour des mômes ou des ados irresponsables, on répondra ce qu’ils nous répondent toujours : « T’inquiètes..j’vais l’faire » Ou pas…

Florence Berthelot