Vous êtes ici

Edito FNTR : couleurs primaires

Le secteur des transports, apprécié à sa juste mesure, est un levier puissant de croissance et d’emplois.

EDITO DE LA FNTR DU 26/01/2017

Tandis que se pressent les candidats à la candidature, au milieu des candidats tout court, on peut remarquer que le « je » n’en vaut souvent pas la chandelle. Sans doute est-ce normal quand on parle d’une élection à la plus haute fonction de l’Etat. On ne peut pas demander à ceux qui postulent de tout savoir dans tous les domaines. Mais à tout le moins on aurait souhaité d’une part disposer d’une ébauche de vision et/ou identifier ceux qui seront en charge de tel ou tel dossier.

Pour le secteur des transports, la Profession fera ses propositions et exposera ses revendications. Les enjeux sont majeurs. Le transport, et plus largement la mobilité, est au cœur d’une véritable révolution industrielle et de services. Nouveaux véhicules, nouvelles organisations, nouveaux métiers à venir, concurrence européenne. Il ne s’agira pas de traiter le secteur par le prisme de vieilles images, d’idées primaires ou avec des solutions éculées comme l’écotaxe par exemple. On n’en est plus là depuis longtemps. La politique des transports, pour peu qu’elle soit une priorité chez les postulants, doit s’aborder avec une nouvelle pensée. De ce point de vue, les opérateurs sont largement en avance : plus de sécurité, plus d’efficacité, et un transport plus durable, ils sont déjà dans cet autre monde. Ils attendent qu’on leur permette de développer leurs solutions toujours plus innovantes, et non qu’on réponde avec des mesures d’il y a même une décennie.

Aux entreprises d’ouvrir leurs portes pour montrer comment la révolution se passe sous nos yeux. Aux candidats aux élections à venir, présidentielle et législatives de s'y rendre. A chaque fois que cela se produit, la surprise est grande de la part de ceux qui croyaient connaitre et finalement ne savaient pas grand-chose. Ne nous parlez pas tant de vous. Parlez-nous de nous. En connaissance de cause, et avec moins de parti-pris. Le secteur des transports, apprécié à sa juste mesure, est un levier puissant de croissance et d’emplois. C’est cette évidence qu’il faut porter dans les campagnes électorales à venir.