Vous êtes ici

Edito FNTR : Atterrissage d’urgence demandé

Edito FNTR du 06/12/18

A l’heure où ces lignes sont écrites, le Premier Ministre vient d’annoncer une série de mesures destinées à (normalement) un peu calmer les esprits dans le cadre des manifestations de ces dernières semaines. Et surtout à remettre un peu de sérénité afin que l’activité économique ne se paralyse pas complètement du fait des blocages et barrages filtrants, sur route, devant les zones logistiques et les dépôts de carburant. Sans compter d’essayer d’éviter des scènes de guérilla urbaine à Paris ou ailleurs. On verra ce qu’il en résultera.

En attendant, les chaines d’information continue recensent les premières réactions des manifestants à un barrage filtrant (« on laisse passer les citoyens en voiture mais pas les camions » parce que manifestement les conducteurs de camions ne doivent pas être des citoyens… ?). Et là on entend de tout : « on veut la 6ème République ». Pourquoi ? « Parce que le monde a changé ». Hmm… Quoi d’autre ? la démission du Gouvernement, du Président de la République, une assemblée citoyenne en happening permanent, le SMIC a 1 800 euros, des référendums sur des tas de sujets. Sans méconnaitre les difficultés réelles de nos concitoyens, et la nécessité absolue de faire baisser la pression fiscale : ça sent parfois un peu la lettre au Père Noël. Exemple : « Que des emplois soient créés pour les chômeurs » (Ben oui…), « interdire les délocalisations » « ne pas se faire de l’argent sur les personnes âgées ». On peut même lire « Favoriser le transport de marchandises par la voie ferrée ».

Tiens c’est curieux pour des personnes qui voulaient que les « routiers » rentrent dans la danse. C’est moyennement sympa. A un moment, il va falloir atterrir quand même. Parce d’expérience, le Père Noël n’apporte que rarement ce qu’on a demandé. Et quand il emballe aussi mal les cadeaux que Maman (qui s’est débattue avec le scotch, les ciseaux et du papier tout froissé...) c’est qu’il n’existe probablement pas.

Florence Berthelot