Vous êtes ici

Edito FNTR : 40 fois les seuils autorisés...

Edito FNTR du 22/02/2018

On ne parle plus beaucoup du scandale dit Volkswagen. Pourtant il dépasse largement ce seul constructeur. Est-ce parce que les révélations viennent des États-Unis ? En tous cas, cette semaine c’est Daimler le propriétaire de la marque Mercédès qui est dans le viseur. En cause, des logiciels truqueurs permettant de passer les tests haut la main, alors qu’en conditions réelles, les émissions de polluants dépasseraient 40 fois les seuils autorisés. Cela ne concerne que les voitures car rappelons-le, les camions sont testés en conditions réelles.

D’ailleurs, il y a quelque chose qui devrait turlupiner tout le monde. On entend régulièrement que le transport routier représente 30% des gaz à effet de serre et 53,5% des émissions de Nox (gaz polluants) : ceci posé c’est TOUT le transport routier de la mobylette au 44 tonnes. Les poids lourds c’est 16,5% des émissions de polluants et les voitures, 23 %*. Mais en réalité on ne sait plus vraiment quels sont les vrais chiffres ! Car à coup de logiciels et de systèmes de contournement, les émissions de voitures en réel doivent certainement être beaucoup plus importantes ! Mais c’est silence radio sur ce sujet. On préfère pointer les poids lourds, c’est plus facile. Aucun institut digne de ce nom n’a actualisé les anciennes études au vu de ce que la Presse relate discrètement mais régulièrement. 40 fois les seuils autorisés ! Ce n’est tout de même pas rien...

Peut-être redoute-t-on de prouver ce que le secteur du transport routier de marchandises dit depuis des années : nos efforts de réduction de polluants sont réels, et la part relative des émissions des poids lourds diminuent bien plus que celle des voitures. Loin de stigmatiser les automobilistes, il faudrait quand même rappeler la réalité des chiffres, et non pas s’appuyer sur des études obsolètes fondées sur des statistiques anciennes. Et chacun sait qu’un statisticien est quelqu’un qui vous dit que quand vous avez la tête dans le four et les pieds dans le réfrigérateur, vous êtes en moyenne à bonne température. Sauf qu’en réalité, vous êtes surtout mal en point. Exactement comme nous tous avec la pollution.

(*) Source : Livre Vert du transport routier de marchandises 2015

Florence Berthelot