Vous êtes ici

Edito de la FNTR : Tous contre le compte pénibilité

EDITO DE LA FNTR DU 01/03/2016

La FNTR et ses partenaires de l'UFT redisent encore et toujours leur opposition totale au compte pénibilité. Ils appellent le gouvernement à abandonner ce dispositif.

La mobilisation de la Profession contre le compte pénibilité a été entière: lobbying direct après des administrations et des cabinets ministériels, actions au sein des organisations interprofessionnelles (MEDEF et CGPME), lancement d'une pétition (été 2014), manifestation du 1er décembre 2014... Bref, les organisations professionnelles, FNTR en tête, n'ont pas lésiné sur les moyens.

Beaucoup a été fait, beaucoup a été obtenu. Ce n'est hélas pas suffisant. En dépit des améliorations apportées au dispositif comme la suppression de la fiche de suivi individuel ou le délai supplémentaire accordé aux entreprises (report au 1er juillet 2016 pour 6 facteurs de pénibilité sur 10).

En attendant un hypothétique rebondissement dans la mise en œuvre  du compte pénibilité, la Profession s'attelle à l'élaboration d'un référentiel de branche visant à la fois à éviter les contentieux entre salariés et entreprises et à aider les entreprises dans la mise en place du dispositif.

Le gouvernement s'obstine. En ces temps où la nécessité de simplifier la vie des entreprises et d'améliorer leur compétitivité est dans tous les esprits, le compte pénibilité introduit dans les PME et TPE un véritable casse-tête, un frein supplémentaire à leur compétitivité.

Fruit d'un laborieux compromis entre le gouvernement et la CFDT en 2013 pour faire passer la réforme des retraites, la France est le seul pays à avoir imaginé un tel système. Si personne ne conteste l'existence de la pénibilité dans le monde du travail, le dispositif du compte pénibilité est une hypocrisie bien française.

Il vient percuter toutes les politiques de prévention de la pénibilité mises en place dans les entreprises. Le risque est grand en effet que la prévention passe à la trappe au sein des entreprises face aux difficultés induites par ce dispositif.

N'aurait-il pas mieux valu privilégier la prévention sur la réparation ?

Le compte pénibilité vient ensuite se superposer au congé de fin d'activité (CFA) puisqu'il permet, au même titre que le CFA, de partir avant l'âge légal de la retraite : 2 ans pour le compte pénibilité, 5 ans pour le CFA.

Une réflexion sur le CFA s'impose donc...