Vous êtes ici

Edito de la FNTR : temps de travail : l'opportunité 2017

EDITO DE LA FNTR DU 23/02/2016

Pour la FNTR, la réforme du temps de travail est inéluctable avant ou après l’élection présidentielle

La France n'a toujours pas digéré les 35 heures. Et elle ne sait pas comment en sortir. Les réflexions en cours sur le temps de travail tournent autour de cette délicate question : comment supprimer les 35 heures sans l'afficher trop ouvertement?

La loi El Khomri en préparation ne fait pas exception à la règle.  N'anticipons pas les résultats : à défaut de 49.3, le texte devrait être à sa sortie du Parlement bien différent de son état initial. La majorité présidentielle est très divisée sur la question. Quel que soit le sort final réservé à la loi El Khomri, nul doute que les débats sur le temps de travail reprendront de plus bel dans la perspective des élections présidentielles de 2017.

La Profession n'échappera pas aux débats et la vigilance reste de mise.

Faut-il le rappeler? Une bonne partie de la règlementation sociale transport a été construite pour adapter ces 35 heures, pensées pour la seule industrie manufacturière, aux spécificités du secteur.

La règlementation sociale transport est aujourd'hui décalée à la fois par rapport à la règlementation française (les 35h) et par rapport à la règlementation européenne (directive 2002/15 sur le temps de travail). Cette double désarticulation fragilise l'édifice et plombe la compétitivité des entreprises dans un marché européen du transport routier largement libéralisé.

La FNTR réclame depuis de longues années une réforme du temps de travail. Elle prêche sur ce sujet dans le désert. Faute de volonté politique (de droite comme de gauche), la réforme est sans cesse renvoyée à un hypothétique accord entre les partenaires sociaux.

Les cris d'orfraies des syndicats face à la loi El Khomri augurent mal d'un quelconque accord dans le transport routier. A l'impossible nul n'est tenu. La menace du 49.3 démontre l'état du dialogue social dans le pays et son incapacité à aborder les problèmes de fond.

Quoiqu'il en soit, la réforme du temps de travail est inéluctable avant ou après l'élection présidentielle. Elle impactera forcément le secteur.  L'occasion de construire une organisation du travail plus adaptée aux spécificités du secteur et à l'ouverture européenne. L'occasion de bâtir un autre temps de travail plus adapté aux nécessités de ce temps. La période 2016-2017 sera, à n'en point douter, un temps d'opportunité.