Vous êtes ici

Des contrôles dans le transport routier oui, mais quels moyens?

La FNTR salue la volonté d'Alain Vidalies d'intensifier les contrôles dans le transport routier, elle s’interroge néanmoins sur les moyens qui seront accordés

Le comité d’évaluation de la politique publique de contrôle des transports routiers a rendu un premier diagnostic. D’une manière générale, il apparaît clairement que les services de contrôle disposent de moyens humains, financiers et de pouvoirs trop limités au regard de la situation actuelle sur le territoire français. Pour identifier les pistes d'évolution en matière d’efficacité des contrôles, les travaux vont encore se poursuive. Alain Vidalies recevra fin juin l’ensemble des organisations professionnelles et syndicales du transport routier de marchandises.

Le secrétaire d’Etat aux transports a pourtant déjà annoncé la mise en œuvre immédiate de 3 chantiers :

  • intensification des contrôles sur les lieux de chargement et de déchargement
  • intensification des actions de lutte contre les fraudes avec un groupe de contrôleurs experts dédiés
  • renforcement des sanctions administratives et pénales pour rendre les contrôles plus dissuasifs

Si la FNTR salue ces intensifications de contrôle, elle s’interroge néanmoins sur les moyens qui seront accordés. De plus, pour la FNTR, la politique des transports ne peut se résumer aux seuls contrôles, l’applicabilité des lois est aussi à prendre en compte. Enfin, bémol du côté de la Commission européenne qui a réagi aux annonces de M.Vidalies « la Commission n'a d'aucune manière validé la législation française qui interdit aux chauffeurs de prendre leur repos hebdomadaire régulier dans le véhicule, ni le régime de sanctions ».