Vous êtes ici

De nouvelles initiatives dans le cadre de France logistique 2025

De nouvelles initiatives dans le cadre de France logistique 2025

En tant que Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Services), Laurent Grégoire a exposé lors de cette même réunion un certain nombre d'initiatives récentes menées dans le cadre de France logistique 2025. En voici les grandes lignes :

Des premiers contacts ont notamment été pris avec Business France pour mettre en place des outils concrets d'aide à PME françaises sur le volet logistique de leurs exportations, et un protocole a été signé entre la CNS et l'Alliance pour l'industrie du futur sur trois axes :

  1. Logistique du futur
  2. Normalisation, avec des actions déjà commencées au sein du nouveau comité d'impulsion stratégique de l'Afnor sur l'industrie du Futur
  3. Formation des salariés

Par ailleurs, la commission de l'Afnor consacrée au management de la logistique, à laquelle participe la FNTR  et jusque-là en sommeil faute de ressources, a été relancée et suivra notamment « les travaux qui commencent au niveau international à l'ISO sur la chaîne de contrôle (Chain of Custody), c'est à dire la maîtrise de l'ensemble d'une chaîne logistique depuis les matières premières jusqu'au consommateur en passant par la transformation, les prestations logistiques en termes économiques, sociaux, en environnementaux ».

Le référentiel RSE, autre proposition de la stratégie nationale « France logistique 2025 », fait l'objet depuis un an d'un « processus d'élaboration » mené par un « petit groupe », dont la FNTR faisait partie, qui doit aboutir dans les prochaines semaines à une large consultation des professionnels concernés, d'une part via une enquête sur le web et au travers de réunions avec les responsables des organisations et d'entreprises de toutes tailles.

« Lors de nos travaux pour préparer la Stratégie Nationale, nous nous sommes rendus compte que l'une des difficultés que rencontrait notre filière en France notamment en comparaison avec l'Allemagne, était une trop faible mobilisation de ses acteurs via leurs associations professionnelles qui œuvrent pour la promotion de la logistique et de la Supply Chain. Nous espérons pouvoir rapidement favoriser des initiatives dans ce domaine » a conclu Laurent Grégoire.