Vous êtes ici

Brexit : la FNTR fait entendre la voix du transport routier de marchandises au MEDEF

Le MEDEF organisait le 15 mars dernier à Paris un colloque « Brexit : entreprises françaises - que faire ? » en présence des responsables de l’administration, autorités britanniques, homologues européens du MEDEF, Fédérations des secteurs les plus concernés, médias...

Le Royaume-Uni quittera l’Union européenne le vendredi 29 mars 2019 à minuit. Pour que les entreprises puissent se préparer à ce changement important, le MEDEF a publié le « Guide du Brexit pour les entreprises françaises » dans lequel la FNTR dresse, pour la partie  transport routier de marchandises (TRM), l’inventaire des principales problématiques auxquelles les transporteurs français pourraient être confrontés.

Isabelle Maitre, déléguée permanente FNTR a Bruxelles est intervenue le 15 mars lors de ce colloque dans le cadre de la table ronde sur "les dangers et opportunités de la transition" afin de porter les contraintes propres aux entreprises de transport routier de marchandises françaises dont il est impératif de tenir compte : les principales contraintes sont :

Le retour des douanes

Alors que depuis 1993 les entreprises du  transport routier de marchandises (TRM) n’étaient plus soumises aux formalités douanières. Cela implique des conséquences en termes de temps d'attente au passage douanier (potentiellement 27 Km de files) avec des impacts sur le recrutement, la formation du personnel ; les coûts additionnels... Il est impératif de faciliter malgré tout le passage frontalier en développant les documents électroniques et le statut d’Opérateur Economique Agréé.

L'accès au marché

Les entreprises du TRM travaillent sur le domaine public, avec un haut niveau de réglementation : les règlements 1071 & 1072. Cela pose la question des documents de transport : le RU ne pourra plus obtenir de licence communautaire, y-aura-t-il un retour des quotas ? Pourra-t-on caboter encore au Royaume-Uni ?

La FNTR demande que la période de transition soit une période de "statu quo"

Les négociations portant sur les futures relations commerciales entre Union Européenne et Royaume-Uni ne pourront aboutir en moins d'un an. Le statu quo sera là pour permettre encore au Royaume-Uni de rester dans l'union douanière et le marché intérieur. Puis une transition permettra aux entreprises d'intégrer progressivement les nouvelles règles du jeu. Les entreprises du  transport routier de marchandises doivent avoir le temps de s’y préparer pour adapter leurs activités. La FNTR insiste pour que ne soient pas introduits des régimes successifs ou périodes de transition s'ajoutant les unes aux autres !