Vous êtes ici

Nous tenons encore… mais jusqu’à quand ?

Le 25/05/2016

Les entreprises de transport routier de marchandises mettent tout en oeuvre pour maintenir l’économie nationale à flot. Mais cette situation ne peut pas perdurer indéfiniment, les entreprises et leurs personnels vont bientôt arriver au bord de l’épuisement.

Depuis la semaine dernière, les entreprises de transport routier de marchandises travaillent sans relâche pour éviter les ruptures d’approvisionnement : les stations service, les usines, les supermarchés, les industries... Il en va du sort de pans entiers de l’économie française et de l’approvisionnement des Français.

Dans des conditions extrêmement détériorées : blocages, temps d’attente interminables aux dépôts, recherches de stations approvisionnées mais aussi victimes d’actes de sabotage (clous sur les routes), les entreprises de transport routier comme leurs conducteurs font face avec un dévouement et un professionnalisme sans faille.

Elles mettent en œuvre toutes les solutions possibles et inimaginables pour maintenir l’économie nationale à flot. De manière efficace elles parviennent à s’organiser dans un contexte général chaotique  qui engendre des surcoûts considérables !

Même si un arrêté a été pris pour une durée de 24h pour assouplir la durée journalière du temps de conduite et de repos des conducteurs,  depuis la semaine dernière, tous les compteurs sont déjà dépassés.

Les entreprises sont sur le fil.

C’est pourquoi, dans ce contexte extraordinairement difficile, la Profession demande que le Gouvernement :

  • reconnaisse le rôle stratégique du transport routier de marchandises et surtout les efforts considérables qui sont mis en œuvre actuellement
  • accompagne au plus près les entreprises dans leur mission qui relève aujourd’hui d’un véritable tour de force pour éviter l’asphyxie de l’économie française
  • prenne conscience de cette situation qui ne peut pas perdurer indéfiniment, les entreprises de transport routier et leurs personnels vont bientôt arriver au bord de l’épuisement