Vous êtes ici

Conjoncture du transport routier de marchandises au 4e trimestre 2018 : L’ensemble des indicateurs se dégrade

Le 22/01/2019

Le moral des chefs d’entreprise : de plus en plus en berne

Entre le 4e trimestre 2017 et le 4e trimestre 2018, le moral des chefs d’entreprise du transport routier de marchandises français pour compte d’autrui (TRM)(1) enregistre une  baisse considérable. Le baromètre de la FNTR, qui synthétise le jugement des professionnels sur la situation récente de leur entreprise, passe de +41,2 au 4e trimestre 2017 à +4,6 au 4e trimestre 2018 (graph 1). Cet indicateur se situe à son niveau du 4ème trimestre 2015.

Le baromètre de la FNTR, qui synthétise le jugement des professionnels sur la situation récente de leur entreprise, passe de +41,2 au 4e trimestre 2017 à +4,6 au 4e trimestre 2018 (graph 1)

L’activité du transport routier de marchandises : un net recul

Au 4e trimestre 2018, les chefs d’entreprises du TRM notent une nette baisse de leur activité (graph 2), engendrée, notamment, par l’évolution de leurs grands secteurs clients. En effet, par rapport au 4e trimestre 2017, l’activité connait un fort recul dans l’industrie et dans la construction et, dans une moindre mesure dans le commerce de détail et la grande distribution (graph 3). Le mouvement des « Gilets jaunes » a assurément impacté l’activité des entreprises du TRM au cours des 6 dernières semaines du trimestre.

Au 4e trimestre 2018, les chefs d’entreprises du TRM notent une nette baisse de leur activité (graph 2)

l’activité connait un fort recul dans l’industrie et dans la construction et, dans une moindre mesure dans le commerce de détail et la grande distribution (graph 3)

Un prix du carburant toujours élevé

Le prix du gazole s’oriente à la baisse au 4ème trimestre 2018 par rapport au trimestre précédent. On enregistre cependant une hausse sensible de +11,5% en moyenne trimestrielle entre le 4e trimestre 2017 et le 4e trimestre 2018. Cette hausse vient après celle 17,5% entre le 3e trimestre 2017 et le 3e trimestre 2018.    

Un fort pessimisme sur l’activité future et sur le recrutement des conducteurs

Pour les prochains mois, les chefs d’entreprise du TRM considèrent que la baisse de leur activité se poursuivra (graph 4). Dans ce contexte, ils sont extrêmement prudents en matière de recrutement de conducteurs salariés (graph 5).

Pour les prochains mois, les chefs d’entreprise du TRM considèrent que la baisse de leur activité se poursuivra (graph 4)

Dans ce contexte, ils sont extrêmement prudents en matière de recrutement de conducteurs salariés (graph 5)


« Au 4e trimestre 2018, le TRM connait une nette baisse d’activité à l’image de ses principaux secteurs clients et en raison du fort impact du mouvement des « Gilets jaunes ». Les chefs d’entreprises du TRM sont pessimistes quant aux perspectives d’activité du secteur. Ils s’inquiètent d’une poursuite du mouvement des « Gilets jaunes » et de ses répercussions sur la santé économique et financière de leurs entreprises.  Ils sont donc très prudents en matière de recrutement, quand bien même les besoins restent importants», conclut Jean-Christophe Pic, Président de la FNTR.

(1) Le TRM désigne les activités de transports routiers de fret interurbains, de transport routier de fret de proximité et de location de camion avec conducteur.

(2) Le taux du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) est passé, à partir du 1er janvier 2018, de 7% à 6% des rémunérations brutes versées par les entreprises.