Vous êtes ici

Concurrence déloyale : la Profession exige des actes forts

Le 21/03/2016

Le 1er trimestre 2016 s’achève sur un constat amer pour le transport routier de marchandises (TRM) : l’activité ne cesse de se dégrader dans un marché déstabilisé par la concurrence accrue des transporteurs low cost.

Concurrence  déloyale, omniprésence des véhicules utilitaires légers (VUL), affrètement sauvage, repos hors cabine non respecté, cabotage illégal, stationnement à demeure de flottes de véhicules... les chefs d’entreprise du secteur sont exaspérés.

Tout contribue aujourd'hui à tirer les prix vers le bas et à priver les transporteurs français de parts de marché indispensables à la pérennité des entreprises et de leurs emplois.

Il est urgent d’agir ! Il  en va de la survie de tout un secteur. Sauf à considérer que le transport routier français n’est pas essentiel à l’économie.

Au plan national, FNTR, TLF  et  UNOSTRA ont  largement contribué à proposer des solutions. Encore faut-il que les pouvoirs publics aient la volonté d'agir et mettent les moyens
de leur mise en œuvre.

La Profession entend que les pouvoirs publics agissent rapidement sur :

  • le renforcement et l’amélioration des contrôles sur route
  • le durcissement des sanctions et des peines
  • l’obligation d’établissement en France pour les transporteurs étrangers y travaillant de façon permanente

Elle attend également de connaître, dans les meilleurs délais, les modalités d'application du SMIC français à tout conducteur étranger opérant en France.

Au plan européen, FNTR, TLF et UNOSTRA plaident sans relâche pour des solutions européennes efficaces à même de régler les problèmes de concurrence déloyale. La
Profession milite ainsi depuis longtemps pour la redéfinition des règles du cabotage et pour un encadrement européen des VUL.

A  l’heure où la révision des textes encadrant le transport routier est à l’ordre du jour à Bruxelles, le gouvernement français doit porter avec force les intérêts du pavillon routier
français.

Pour  répondre  au  ras-le-bol des  transporteurs, FNTR, TLF et UNOSTRA demandent une réunion d’urgence avec les ministères concernés sur la politique européenne de la France et sur la réforme des politiques de contrôle, en matière de transport routier.