Vous êtes ici

Concurrence déloyale : la Profession appelle le Secrétaire d'Etat aux transports à la mobilisation

Le 29/03/2016

C'est avec stupeur que FNTR, TLF et UNOSTRA ont pris connaissance des propos du Secrétaire d'Etat aux transports sur la concurrence déloyale. Dans une courte interview à l'Officiel des Transporteurs,  Alain VIDALIES s'oppose à toute réforme des règles européennes du cabotage.

C'est pourtant la seule proposition efficace face aux ravages de la concurrence déloyale, avec l'amélioration de la compétitivité des entreprises françaises pour leur permettre de se battre à armes égales sur le terrain européen avec leurs homologues étrangères.

La seule réforme de la politique des contrôles, que se contente d'évoquer le Secrétaire d'Etat aux transports dans l'entretien à l'Officiel, n'est pas à la hauteur des enjeux. Elle est en complet décalage avec les réalités du terrain.

Si une amélioration de la politique des contrôles peut réduire le cabotage irrégulier, c'est aussi le cabotage légal qui pose problème. Et, sur ce sujet, le combat doit être mené à Bruxelles.

Or, la France baisse les bras avant même que les discussions autour des "Initiatives Route" (la révision des textes européens touchant le transport routier) aient démarré.

La Profession entend que les intérêts du pavillon routier français soient défendus haut et fort à Bruxelles, et en première ligne par le gouvernement. Elle ne peut les porter seule.

Les règles européennes, faut-il le rappeler, ne sortent pas du chapeau européen. Elles sont définies par les Etats membres.

A l'image des atermoiements autour de la loi El Khomri, l'inconsistance des positions françaises défendues à Bruxelles désespère les PME et TPE du transport routier.

FNTR, TLF et UNOSTRA appellent les pouvoirs publics à se mobiliser pour les entreprises françaises.