Vous êtes ici

Clôture des Assises de la Mobilité : La FNTR et l’Union TLF saluent le dialogue lancé mais restent vigilantes sur les arbitrages post clôture

Le 14/12/2017

Les Assises Nationales de la Mobilité se sont clôturées le 13 décembre après un marathon de trois mois, des dizaines de réunions nationales et une multitude d’ateliers régionaux dans les sept groupes de travail représentant tous les aspects de la mobilité y compris ceux du transport routier de marchandises et de la logistique.

La FNTR et l’Union TLF saluent le dialogue lancé par Elisabeth Borne, Ministre des Transports, à travers ces Assises de la Mobilité qui visent à mettre le transport au cœur de tous les enjeux écologiques et sociétaux du XXIème siècle, ce durant l’intégralité du quinquennat.

En effet, ces Assises Nationales doivent permettre d’aboutir à deux projets de loi tous deux prévus pour début février 2018. Le premier serait une Loi d’orientation des mobilités visant prioritairement les transports du quotidien. Le second projet serait une Loi de programmation des investissements fixant les modalités pour hiérarchiser les projets d’infrastructures.
Pour autant, les conclusions de la mission Spinetta sur le ferroviaire sont encore en attente tout comme celles du Think Tank Fret + sur la stratégie globale en matière de transport de marchandises s’appuyant les travaux de « France Logistique 2025 ».

La FNTR et l’Union TLF resteront vigilants aux arbitrages post clôture qui viseraient à ne considérer le transport de marchandises uniquement comme une source de financements.

En réaction aux propos dans la presse d’Elisabeth Borne, mardi 13 décembre, qui a déclaré que « faire contribuer les poids lourds, notamment ceux qui sont en transit en France, est clairement une piste de réflexion » Jean-Christophe Pic et Yves Fargues, respectivement présidents de la FNTR et de l’Union TLF répondent « Nous sommes et seront actifs dans les prochaines semaines pour contribuer à la révolution de la mobilité voulue par le gouvernement mais on ne recommencera ni le feuilleton « écotaxe » y compris avec une éventuelle répercussion sur les chargeurs, ni celui de l’intermodalité forcée ».