Vous êtes ici

Assises de la Mobilité : la mobilité des personnes est indissociable de la mobilité des marchandises

Le 20/09/2017

Transition énergétique, sécurité routière, congestion, véhicules de demain… Alors que se sont ouvertes les Assises de la mobilité, la FNTR et l’Union TLF rappellent que les problématiques du transport de personnes sont totalement indissociables du transport de marchandises. La grande majorité des infrastructures est commune et doit être adaptée à tous les usages. La FNTR et l’Union TLF contribueront activement aux Assises de la Mobilité pour que les politiques de mobilité soient le reflet de tous les besoins, pour les personnes ET les marchandises.

Personnes et marchandises empruntent les mêmes infrastructures !

Les Assises de la Mobilité lancées mardi 19 septembre par le gouvernement mettent l’accent sur la mobilité des personnes et les enjeux auxquels la France doit faire face. Un sujet de préoccupation quotidien pour des millions de Français. Mais le gouvernement fait l’impasse sur les autres usages des infrastructures, notamment sur le transport de marchandises. Une problématique pourtant essentielle à l’activité économique de la France.

Or, les deux usages des infrastructures sont totalement indissociables. Il est en effet primordial de le prendre en compte pour définir et déployer des politiques de transports cohérentes et partagées.

Il ne s’agirait pas de ne parler de Transport Routier de Marchandises que pour évoquer une énième taxe. Un non-sens idéologique que la FNTR et l’Union TLF dénoncent. Aujourd’hui, les poids lourds financent déjà les infrastructures à hauteur de plus de 7 milliards d’euros par le biais de différentes taxes :

  • Taxe à l’essieu : 170 millions d’euros
  • Péages autoroutiers : 2,9 milliards d’euros
  • TICPE (après prise en compte de la ristourne gazole) : 4,1 milliards d’euros

Le transport routier de marchandises fait sa révolution verte depuis 20 ans

Depuis plus de 20 ans, le secteur du transport routier opère sa mue et réduit son impact. A l’heure où certains stigmatisent le camion, les deux organisations professionnelles rappellent la réalité du transport routier aujourd’hui en quelques chiffres clés

  • 99% des marchandises sont transportées par camion. Le transport routier de marchandises permet notamment l’essor du e-commerce en assurant un service compétitif et efficace
  • Les poids lourds représentent seulement 6,7% des émissions de CO2 françaises (contre 19,1% pour les voitures particulières)(1)
  • Entre 1995 et 2012, les émissions de CO2 unitaires des poids lourds ont été réduites de 28,2%
  • Dans la même période, les émissions de polluants des camions ont été drastiquement réduites : -97,2% d’émissions de NOx, -97,2% de particules, -86,6% de monoxyde de carbone

« Le transport routier de marchandises est un secteur stratégique pour l’économie française. Ce rôle de « courroie de transmission » de la chaine économique française nous donne aussi des devoirs, notamment en termes de contribution à l’effort national de lutte contre le réchauffement climatique. En 20 ans, nous avons fait des progrès considérables qui ne sont pas toujours connus et reconnus. L’effort doit maintenant être partagé avec tous les acteurs économiques. Le Transport Routier de Marchandises ne sera pas le bouc émissaire. » détaillent Jean-Christophe Pic, président de la FNTR et Yves Fargues, président de l’Union TLF.

(1) Source CITEPA / Données 2012